Mercredi 14 mars 2018

Aucun texte alternatif disponible.

Organisé par l'association Héliotrope et Ligne 16
> 18h
Entrée libre

La fête du court métrage c'est une semaine pour découvrir et partager la magie du cinéma court!

Du 14 au 20 mars 2018, Héliotrope Asso, Un festival c'est trop court - UFCTC et de nombreux partenaires s'associent pour vous offrir des projections, des ateliers, et des animations gratuites pour tous et sur toute la Côte d'Azur !

Mercredi 14 mars à 18h ligne16 (média participatif du Hublot) participe à la fête du court métrage et propose une séance de petits films avec pour thématique : les femmes.

Le programme : Ni muses ni mégères - A partir de 12 ans – Durée : 1h30 

Un programme de 4 films sur les épreuves que doivent affronter les femmes en grandissant et le rapport de force qui s’installe entre elles, les hommes et la société.

 

Lundi 14 mai


©LaMarelle

Sortie de résidence - Cirque - tout public 

Cie Ciel
Organisée par l’Entre-Pont dans le cadre du projet des résidences accompagnées

> 19h

Entrée : participation libre - buvette et restauration sur place

Venez découvrir cette première présentation publique du spectacle « La marelle » actuellement en cours de création.
Un corps qui parle le langage de l’acrobatie, un texte qui habite des mouvements. Des mouvements qui écrivent sur leur passage. Le corps impulse, implose, laisse des traces. La voix sursaute, crie, chuchote. Un texte sur la vie, sur une marelle, la vie comme une marelle : les contradictions, les coïncidences et l’incertitude d’arriver au ciel.

Du mardi 2 au dimanche 14 avril 2019

Organisé par TCMA
> de 11h à 17h
Prix libre (+ 2€ adhésion annuelle à l'Entre-Pont) / Sur rendez-vous.
Réservations par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Carnaval d’expérimentation one-to-one
Saison 4 

Ob/scène

Conception : Michaël Allibert & Jérôme Grivel
Interprétation : Michaël Allibert
Durée : On ne sait pas trop mais vous n’êtes pas obligé de rester si c’est trop long.


« Qu’y aura-t-il dans Ob/scène?

De la danse bien sûr ! Mais aussi du karaoké, des matériaux avec lesquels jouer, des questions qui pourraient peut-être bien ou pas avoir des réponses, Total eclipse of the heart ou plutôt Comme une éclipse dans le cœur, du pouvoir à partager, de l’ennui, quelques étirements, des manipulations d’objets ou des objets qui nous manipulent, comme on préfère, du Nilda Fernandez jusqu’à du Tim Hecker, et des conversations. »

Les recherches autour de la notion jouir que nous menons depuis janvier 2017, accompagnés par L’L*Structure expérimentale de recherche en arts vivants à Bruxelles, nous ont, entre autres choses, mené à une interrogation de l’obscène de la scène.

« Obscène » signifie étymologiquement ce qui est hors de la scène, ce qui ne devrait pas être montré. Si on applique cette définition au domaine de l’art, on peut qualifier d’obscène, tout ce qui n’est habituellement pas représenté au public, et notamment la recherche.

La recherche serait l’obscène de la scène comme le porno est l’obscène du cinéma traditionnel.